St. Bernard de Clairvaux (1090 - 1153)

 

 

Bernard issu de la noblesse bourguignonne naquit en 1090. En 1112 ou 1113 il entra avec 30 compagnons dans le monastère réformé de Cîteaux. Dès 1115, il fut envoyé avec douze moines pour fonder Clairvaux qui, après des débuts difficiles, prit rapidement son essor. A la mort de Bernard, 68 autres monastères avaient été fondés. Ce ne sont pas uniquement les questions monastiques qui le préoccupaient. Il se confrontait également avec les grands problèmes de l'Eglise et il devint le conseiller des Papes, de princes et de prélats.
 

 
 

 

 

 

Sa piété nourrie par l'Ecriture Sainte et les œuvres des Pères de l'Eglise, se manifestait avant tout en une ardente dévotion envers le Verbe incarné. Bernard fait partie des représentants les plus remarquables de la mystique occidentale. Les efforts surhumains, les échecs et les souffrances corporelles ont marqué Bernard autant que ses expériences spirituelles. Lorsqu'il mourut le 20 août 1153 il était considéré comme l'homme le plus célèbre de son siècle. Il fut canonisé en 1174. Le Pape Pie VIII le déclara Docteur de l'Eglise.

L'iconographie montrant le Christ en Croix qui se penche vers Bernard, correspond bien à la vie mystique du Saint.

 
 

Du Cantique des Cantiques:

    "Ne vous semble-t-il pas qu'elle veuille dire : Qu'y a-t-il dans le ciel ou sur la terre, hormis vous, qui puisse être l'objet de mes désirs ( Psal. LXVII, 25) ? Celle-là sans doute aime chastement qui ne cherche que celui qu'elle aime, sans se soucier d'aucune autre chose qui soit à lui. Elle aime saintement, parce qu'elle n'aime pas dans la concupiscence de la chair, mais dans la pureté de l'esprit. Elle aime ardemment, puisqu'elle est tellement enivrée de son amour, qu'elle ne pense point à la majesté de celui à qui elle parle. Car à qui demande-t-elle un baiser? A celui qui fait trembler la terre du moindre de ses regards. Est-elle ivre? Oui, sans doute elle l'est. Et peut-être lorsqu'elle s'oubliait ainsi, sortait-elle du cellier où, dans la suite, elle se glorifie d'avoir été menée (Cant. I, III et II, 4). Car David disait aussi à Dieu, en parlant de quelques personnes : « Ils seront enivrés de l'abondance des biens qui se trouvent dans votre maison, et vous les ferez nager dans un torrent de plaisirs et de délices ( Psal. XXXV, 9). » Combien grande est la force de l'amour! Combien de confiance il y a dans l'esprit de liberté ! N'est-il pas manifeste que l'amour parfait bannit toute crainte (I Joan. IV, 18) ? "


 

 

Informations complèmentaires:

La vie selon les sources
L'Ordre Cistercien
Les Femmes dans l'Ordre
Le culte marial chez les Cisterciens
Saint Benoît de Nursie et sa Règle
Saint Bernard de Clairvaux
La Liturgie

 

 

Home     Spiritualité     Vie quotidienne     Historique     Offices     Concerts     Contenu du Site     Contact     Impressum

Aucune garantie n'est donnée quant au contenu du Site